Pourquoi les malheurs se produisent-ils?

mob

Nos âmes ont été profondément touchées lorsque nous avons lu l’idée pour l’étude personnel dans la leçon de Vien, suis Moi pour la semaine 6 à 12 de septembre 2021 qui dit :  « Certaines de nos afflictions résultent de nos choix. D’autres résultent des choix d’autres personnes. Et parfois, personne n’est en cause, mais des choses malheureuses se produisent. » (italique ajouté).

Si ces mots nous ont émus si profondément, c’est parce que nous avons tous les deux vécus des événements traumatisants dans notre enfance et à l’âge adulte. Parfois des personnes bien intentionnées ont essayé de nous consoler avec des clichés tel que : « Tout fait partie du plan de Dieu. Tout arrive pour une raison. » En réfléchissant à nos expériences, nous avons toutefois appris qu’il n’est pas toujours possible de savoir pourquoi un événement dévastateur s’est produit. Au lieu de cela, nous devons simplement nous efforcer d’apprendre des expériences traumatisantes et d’aller de l’avant avec la foi en Dieu.

Les saints au Missouri ont confronté à des épreuves sévères

Les premiers membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ont vécu des événements traumatisants. En réponse à une révélation du 7 juin 1831, des membres fidèles ont commencé à s’installer au Missouri, « lequel est le pays de votre héritage » (Doctrine et Alliances 52 :42). À partir de l’été 1833 et tout au long de l’année, les saints au Missouri ont vu leurs récoltes brûler, ont perdu leur bétail et leurs biens personnels, ont été persécutés par des émeutiers, ont été chassés de leurs maisons, ont été battus et menacés de mort (L’en-tête de Doctrine et Alliances 101)

attack

Peu avant d’entendre parler de ces attaques, Joseph Smith a reçu la révélation suivante sur la façon dont les membres de l’Église devaient réagir au harcèlement : « Ne craignez pas vos ennemis, car j’ai décrété en mon cœur, dit le Seigneur, de vous éprouver en tout, pour voir si vous demeurerez dans mon alliance, même jusqu’à la mort, afin d’être trouvés dignes » (Doctrine et Alliances 98 :14). Il a été conseillé aux saints des derniers jours de ne pas avoir peur, mas de vivre digne des alliances qu’ils avaient contractées avec Dieu et même de mourir en restant fidèles.

Quatre mois plus tard, Joseph Smith a reçu une autre révélation sur la façon dont les membres de l’Église rétablie de Jésus-Christ devaient répondre à la persécution sociétale ou aux épreuves personnelles : Et tous ceux qui subissent des persécutions pour mon nom et persévèrent avec foi, même s’ils sont appelés à donner leur vie à cause de moi, prendront cependant part à toute cette gloire. C’est pourquoi, ne craignez pas, même pas la mort ; car votre joie n’est pas pleine en ce monde, mais elle l’est en moi. C’est pourquoi, ne vous souciez pas du corps ni de la vie du corps, mais souciez-vous de l’âme et de la vie de l’âme. Et cherchez toujours la face du Seigneur, afin qu’avec patience vous puissiez posséder votre âme, et vous aurez la vie éternelle » (Doctrine et Alliances 101 :35-38). Quels que soient les événements tragiques qui nous sont arrivés ou qui nous arriveront, le Christ nous conseille de renforcer notre foi et de cherche à la connaître et à le suivre.

Jesus Christ

Se souvenir de l’exemple du Christ

La vie du Christ montre comment il a survécu et fait face à des grandes difficultés et épreuves. Peu après la naissance de Jésus, un ange du Seigneur a averti Joseph de fuir avec sa famille en Égypte, évitant ainsi les meurtres résultants d’un édit du roi Hérode visant à tuer tous les enfants de moins de deux ans. (voir Matthieu 2 :13-18). Lorsque Jésus a commencé son ministère, il a sacrifié la sécurité et le confort de sa maison afin d’enseigner l’Évangile aux enfants d’Israël : « Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids : mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête » (Luc 9 :58). À plusieurs reprises, les scribes et les pharisiens ont menacé de le tuer, mais chaque fois, le Père céleste a miraculeusement protégé la vie du Christ (voir Matthieu 12 :14-15, Marc 3 :6, Luc 11 :53, Jean 8 :59; 10 :31; 11 :53).

Gethsemane

Pourtant, le Fils de Dieu était prêt à tout sacrifier lorsque vint son ultime épreuve. Dans le jardin de Gethsémani, il a prié : « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe ! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne » (Luc 22 :42). Sa souffrance était si grande que « ces souffrances m’ont fait trembler de douleur, moi, Dieu, le plus grand de tous, et elles m’ont fait saigner à chaque pore et m’ont fait souffrir de corps et d’esprit… » (Doctrine et Alliance 19 :18). Jésus a volontairement pris part à cette coupe amère et «il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix » (Philippiens 2 :8).

crucifixion

C’est en mémoire de son grand sacrifice expiatoire que nous prenons part aux emblèmes sacramentels, en faisant alliance de nous souvenir qu’il a donné son corps et versé son sang pour nous (voir Doctrine et Alliances 20 : 77, 79). L’ordonnance du sacrement enseigne l’importance de se souvenir – en permanence – de qui est Jésus-Christ et de ce qu’il a fait pour nous.

sacrament

Pour guérir, nous devons nous souvenir

Le sacrement peut également servir de stratégie pour guérir des pertes des tragédies personnelles. De nombreuses personnes essaient d’oublier ou de minimiser des événements ou des situations pénibles. Même s’il est difficile de se remémorer ses expériences traumatisantes, se souvenir permet de guérir. Grâce au processus de remémoration et à la recherche de moyens d’aller de l’avant, nous pouvons discerner et redécouvrir les objectifs personnels qui nous permettront de vivre de manière significative.

Par exemple, la pandémie de COVID-19 a radicalement modifié les approches traditionnelles consistant à réconforter les malades en phase terminale et à faire le deuil avec la famille et les amis lors des funérailles. Nous devons prier pour trouver des moyens d’aider les autres. Voici quelques idées : appels téléphoniques, messages sur les médias sociaux, envoi d’une carte, partage de photos, livraison d’un repas ou envoi d’un cadeau attentionné. En ces temps de détresse, nous devons chercher l’inspiration du Seigneur pour nous souvenir de ceux qui ont connu la souffrance et la perte et pour montrer notre gratitude envers ceux qui ont fait des sacrifices pour servir les autres.

Lorsque nous ne savons pas quoi faire, nous devrions nous rappeler ce conseil donné aux saints pionniers du Missouri : « Soyez calmes et sachez que je suis Dieu. (Doctrine et Alliances 101 : 16; voir aussi Psaume 46 :11). Ces paroles leur ont rappelé qu’en fin de compte, c’est la foi en Dieu qui permet de supporter les épreuves, même jusqu’à la mort. Indépendamment de qui, quoi, ou pourquoi des événements traumatisants se sont produits, nous pouvons recevoir la guérison divine des épreuves dévastatrices de la vie. Malgré les injustices et les souffrances qui nous arrivent, nous pouvons toujours savoir que Dieu nous aidera à guérir pas à pas (voir cantique #40, Saints, en avant! Armés en foi de Christ!). En respectant nos alliances de la prêtrise, nous nous efforçons fidèlement de « venir au Christ et d’être parfait en lui » (Moroni 10 :32).

Jesus

Concernant le commandement messianique de devenir parfait, le président James E. Faust a enseigné : « Dans la vie de chacun il se produit des jours de douleur et de désespoir provoqués par l’adversité. Il semble que chacun reçoit une pleine mesure d’angoisse, de chagrin et souvent de douleur profonde, y compris les gens qui cherchent sincèrement à faire le bien et à être fidèles…Les épines qui blessent, qui meurtrissent les chairs, changent souvent des vies qui semblent dénuées de sens et d’espoir. Ce changement survient par un processus de raffinage qui semble souvent cruel et dur. L’âme peut ainsi devenir comme de la glaise douce dans les mains du Maître pour édifier une vie de foi, d’utilité, de beauté et de force. Pour certains, le feu du fondeur entraîne une perte de foi en Dieu, mais ceux qui ont une perspective éternelle comprennent que ce raffinage fait partie du processus de perfection » (Raffinés par nos épreuves, Le Liahona février 2006).