Des années supplémentaires de perfectionnement furent nécessaires

missionaries

Être « né de Dieu » (Alma 36:23) implique que nous devons nous humilier et accepter la volonté du Seigneur, même si ce n’est pas ce que nous attendons ou ce que nous voulons.  C’est un changement de cœur dans lequel nos désirs deviendront plus importants et notre attention se tournera vers la poursuite des opportunités que le Seigneur nous offre.  Tout le monde n’a pas les mêmes talents ou ne reçoit pas les mêmes opportunités, mais cela ne les rend pas moins importants pour le Seigneur ou son œuvre.  Comme indiqué dans les « Idées pour l’étude personnelle des Écritures » dans Viens et suis-moi - Pour les personnes et les familles, Livre de Mormon 2020  pour la semaine du 20 au 26 juillet : « Je naîtrai de Dieu en étant humble et en me repentant. »

À la recherche de l’arbre de vie

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ce n’était pas un processus facile pour Léhi et sa famille d’accéder à l’arbre de vie?  Le chemin n’était pas rapide et n’était pas court, mais « étroit et resserré » (1 Néphi 8:20).  Le perfectionnement nécessaire pour faire ce voyage et se rendre en la présence du Seigneur prenait du temps et il y avait de nombreuses occasions de craindre, d’échouer ou de se laisser distraire.  L’une des principales distractions provenait de ces multitudes de « gens, jeunes et vieux » qui remplissaient « le grand et spacieux édifice » qui « paraissaient se moquer et montrer du doigt ceux qui étaient venus manger du fruit »  (1 Néphi 8:26-27).  Ceux qui luttèrent pour rester sur le chemin étroit furent jugés inférieurs et insensés à cause de leurs désirs et de leurs choix justes.

the tree of life

Si nous ne sommes pas vigilants, une culture similaire où l’on critique les autres peut se produire parmi les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.  Dans certains cas, des pairs et des parents trop zélés peuvent critiquer les jeunes et les personnes plus âgées qui ne font pas de mission de prosélytisme à plein temps.  De tels jugements peuvent faire honte à certaines personnes et ainsi les détourner de certaines bénédictions et d’autres opportunités dans lesquelles ils auraient pu servir le Seigneur.

Un voyage personnel pour servir le Christ

J’ai eu une expérience personnelle des conséquences causées par le fait d’avoir laissé des attentes motivées par la culpabilité influencer mes pensées.  En 2008, j’ai passé plusieurs mois à enseigner avec les sœurs missionnaires de ma région, et je suis devenue assez proche d’elles.  En 2009, j’ai voulu remplir une demande pour faire une mission à plein temps, mais mon évêque à l’époque m’a proposé à la place de faire une mission de service.  Il fut inspiré et a vu qu’une mission de prosélytisme serait trop difficile pour moi.  Plus tard, j’ai été diagnostiquée avec un handicap social maintenant connu sous le nom de trouble d’apprentissage non verbal.  Mon attitude à l’époque, malheureusement, était que tout autre chose qu’une mission à plein temps n’était pas « une vraie mission ».  Je lui ai dit que je servirais n’importe où sauf au magasin de l’évêque et, par conséquent, je n’ai pas accepté l’appel de servir comme missionnaire de service.

woman
Heather Cameron

J’ai payé cher à cause de mon attitude.  Tous les rêves de servir n’importe quel type de mission ont disparu jusqu’à la fin des années 2012.  Je compare mes expériences à celles que Joseph Smith a eues en 1823, lorsqu’il fut informé pour la première fois à propos des plaques d’or.  Bien qu’il ait presque 18 ans, il n’était pas prêt à réaliser la volonté du Seigneur : le moment n’était pas encore venu pour lui de le faire.  L’ange Moroni lui conseilla de n’avoir « d’autre objet en vue…que de glorifier Dieu, et ne devais (se) laisser influencer par aucun autre motif que celui d’édifier son royaume » (Joseph Smith, Histoire 1:46, italique ajouté).  En d’autres termes, il devait être motivé dans sa ligne de conduite parce qu’il voulait faire le bien pour le Seigneur et non à cause de son apparence aux yeux des autres.  Je m’inquiétais trop de ce que les autres penseraient et j’ai passé les quatre années suivantes à me repentir.

Être préservé afin de servir

Au début de 2013, j’ai finalement été appelée comme missionnaire de service pour remplir une mission au bureau régional ainsi qu’au magasin de l’évêque.  J’ai accepté avec reconnaissance cette mission et j’avais humblement hâte de relever les défis qui m’attendaient.  J’ai servi honorablement pendant un an.  Maintenant que je regarde en arrière, j’ai été stupide de refuser plus tôt cette occasion de servir, parce que je me souciais davantage de ce que les autres auraient pu penser plutôt que de ce que le Seigneur pensait.  En tant que missionnaire, j’ai vraiment appris que « par des choses petites et simples que de grandes choses sont réalisées » (Alma 37:6).  J’ai finalement reçu une réponse à mes prières que je pouvais faire une mission comme je l’avais toujours voulu, et il n’y avait rien d’aussi « doux que ma joie » (Alma 36:21).

Alma counsels son

De même que les écrits du Livre de Mormon furent préservés dans un but sage, nous le sommes tous aussi.  Dieu « a confié » à Hélaman de garder un registre sacré afin que le Seigneur puisse «montrer son pouvoir aux générations futures » (Alma 37:14).  La façon dont nous affrontons nos luttes nous aide à nous perfectionner vers notre moi éternel.  Des problèmes existent, que nous les reconnaissions ou non.  Si nous mettons de côté le péché, les chagrins et les faiblesses, nous nous trompons nous-même dans le processus de guérison qui accompagne ces problèmes.  Nous ne pouvons pas prédire ou empêcher les épreuves qui nous sont imposées par le choix des autres, mais nous pouvons remédier à nos propres lacunes et être rendus suffisamment forts pour faire face à nos adversités grâce aux bénédictions de l’expiation de notre Sauveur.

Apprendre à avoir une mesure de sainteté  

Nous pouvons apprendre une mesure de sainteté en étant disposés à introduire la grâce du Christ à nous-mêmes et dans nos vies.  Être haineux ou trop critique envers nous-mêmes est inapproprié et repousse l’Esprit.  Nous devons laisser l’amour de Dieu toucher nos vies et passer outre nos faiblesses : « Je donne aux hommes de la faiblesse afin qu’ils soient humbles; et ma grâce suffit à tous les hommes qui s’humilient devant moi » (Éther 12:27).

woman at the well

Nous avons tous été créés à l’image de nos parents célestes et ils nous encouragent à apprendre l’empathie et l’amour.  Faire face à l’adversité ne nous donne pas le droit de se justifier à vouloir arrêter.  Il n’y a que des missions que nous pouvons faire pour le royaume du Seigneur.  Nous pouvons soit choisir d’apprendre ce que nous pouvons et avoir de la joie, soit abandonner et nous noyer dans le désespoir.  Se noyer dans les ténèbres, c’est se permettre une mort spirituelle et une sentence vers l’apathie.  En continuant malgré l’adversité, en embrassant ce que cela signifie pour nous, et en ne  laissant pas l’adversité gagnée sur nous, nous communiquons au Seigneur que nous lui faisons confiance.  En acceptant la volonté de Dieu, nous serons aidés et guidés et alors nous grandirons et  apprendrons à devenir ce que Dieu s’attend que nous soyons.