Discerner le plan du Christ pour chacun de nous

study

Dans la leçon pour la semaine du 26 octobre au 1er novembre 2020 du manuel Viens et Suis-moi – Pour les personnes et les familles : Livre de Mormon 2020, on nous demande comment nous reconnaissons l’influence de Dieu dans notre vie. Il faut tout d’abord être conscient de l’influence du Seigneur. L’ampleur de cette prise de conscience a varié au cours de ma vie. Chaque jour, j’ai été reconnaissante pour la miséricorde à mon égard et pour les réponses à mes prières, mais je n’ai pas toujours été en mesure de percevoir l’objectif global du plan du Seigneur pour moi.

Elder David A. Bednar

J’ai acquis une meilleure compréhension en priant et en appliquant le conseil donné par Elder Bednar lors de la conférence générale d’octobre 2018 : « En apprenant et en reliant les unes aux autres les vérités de l’Évangile, nous aurons la bénédiction d’acquérir une perspective de valeur et verrons croître notre capacité spirituelle grâce à nos yeux, qui seront capables de voir l’influence du Seigneur dans notre vie, et nos oreilles, qui pourront entendre sa voix » (« Réunir toutes choses en Christ » Liahona, novembre 2018).

Non seulement j’ai suivi le conseil d’Elder Bednard, mais j’ai aussi reçu une bénédiction de la prêtrise dans laquelle on m’encourageait à réfléchir à mes propres expériences spirituelles et à en tirer de la force.

priesthood blessing

J’ai entrepris de lire mes journaux personnels et de rédiger une autobiographie. Je l’avais déjà fait, mais cette fois c’était différent. Les paroles d’Elder Bednard se sont avérées. J’ai commencé à « acquérir une perspective de valeur » de l’influence du Seigneur dans ma vie comme jamais auparavant je n’en avais pris conscience.

Des problèmes de santé mènent à des inspirations de l’Esprit

Je travaillais autrefois comme agente de probation à Calgary, en Alberta. Un jour, quelques heures après un retour de vacances au mois d’août, je me suis retrouvée soudain à l’urgence de l’hôpital. Il a fallu des mois avant que les médecins parviennent à un diagnostic : syndrome de fatigue chronique. Je n’ai jamais repris mon travail d’agente de probation, je suis plutôt retournée vivre chez mes parents. J’étais anéantie. J’étais comme Néphi lorsque son arc s’était brisé, il cherchait des solutions et était très fatigué (1 Néphi 16:19).

Je n’arrivais presque plus à marcher. Il me fallait toute ma force pour monter à l’étage de la maison de mes parents, puis, 15 minutes plus tard, je devais retourner au lit. J’ai fait beaucoup d’effort et petit à petit, très lentement, j’ai retrouvé plus de force.

Un jour, mon père m’a dit que je devrais jeter un coup d’œil à certains documents d’histoire familiale. Lorsque je travaillais comme agente de probation, il m’arrivait souvent de passer une soirée par semaine au centre d’histoire familiale.

family history centre

Je me suis dit que ce serait un bon « plan temporaire » jusqu’à ce que je puisse retourner à « mon véritable plan de vie ». Ma situation était comme celle de Néphi qui, muni de son nouvel arc de « bois », allait selon les indications données dans le [Liahona] (1 Néphi 16:23, 30).

Occasions de service en histoire familiale

Au début, ça a été lentement, je faisais un petit effort chaque jour. Mon père participait alors à un projet d’extraction de documents en français et il a trouvé une façon pour moi d’y prendre part. J’ai commencé à examiner les documents concernant notre famille. Peu de temps après, j’ai suivi des cours en histoire familiale de l’Université Brigham Young. J’ai servi comme consultante au temple et en histoire familiale dans différents centres d’histoire familiale. En effectuant des recherches sur mes ancêtres, j’ai prié pour être guidée afin de trouver des noms de membres de ma famille et d’accomplir des ordonnances au temple.

J’ai été guidée, et avec des efforts, j’ai acquis plus de capacités. En peu de temps, des membres de l’Église m’ont demandé si je pouvais faire des recherches pour leur famille : certains ont été braves et m’ont aidée en m’embauchant. J’ai trouvé des documents exacts de la Jamaïque pour une famille. Il y a eu beaucoup de miracles. J’ai trouvé des ancêtres pour d’autres familles qui ont été ravies de participer aux ordonnances par procuration au temple. Mon « plan temporaire » a commencé à être rémunérateur.

library

J’ai entrepris des recherches pour trouver des documents d’autres pays : Pologne, Russie, Italie, Allemagne et France. Le Seigneur m’accompagnait à chaque pas et j’étais consciente et reconnaissante de l’inspiration que je recevais. J’ai prié avec une intention réelle et j’ai ressenti la présence de personnes de l’autre côté du voile lorsque j’ai demandé à être guidée pour trouver les bons documents. Ce « plan du Seigneur » pour moi s’est déroulé sur une période de 25 ans.

woman
Deborah E. Martin

Relire une directive spirituelle

Président Thomas S. Monson a parlé d’un important présent spirituel personnel que chaque personne devrait relire dans un esprit de prière : « Le même Seigneur qui a donné un Liahona à Léhi nous a accordé aujourd’hui, à vous et à moi, un don rare et précieux pour orienter notre vie, pour indiquer ce qui constitue un danger pour notre sécurité et pour montrer le chemin, un passage sûr, non vers une terre promise mais vers notre foyer céleste. Le don auquel je fais allusion s’appelle la bénédiction patriarcale. » (« Votre bénédiction patriarcale : un Liahona de lumière », L’Étoile, janvier 1987, p. 63, tirée ici d’un discours dans le Liahona de février 2015).

blessing

J’avais souvent lu ma bénédiction patriarcale et m’étais demandé quand ma véritable vie commencerait. Puis, j’ai lu l’écriture suivante : « Que celui qui est ignorant apprenne la sagesse en s’humiliant et en invoquant le Seigneur, son Dieu, afin que ses yeux soient ouverts pour qu’il voie […] » (Doctrine et Alliances 136:32). Lorsque j’ai relu ma bénédiction patriarcale, j’ai appris quelque chose de différent. L’Esprit m’a aidée à comprendre que ce qui m’était arrivé avait toujours fait partie du plan du Seigneur. J’avais été aveugle, incapable de voir l’influence de Dieu dans ma vie jusqu’à ce que j’invoque humblement le Seigneur, mon Dieu, pour qu’il ouvre mes yeux.

Persévérer avec gratitude

Cette maladie, dont je ne me suis jamais remise, a été un outil dans les mains du Seigneur pour me donner le temps et la possibilité de concentrer mon énergie sur l’histoire familiale. Le Seigneur nous a enseigné concernant l’adversité : « […] toutes les afflictions que vous avez subies concourront à votre bien […] » (Doctrine et Alliances 98:3).

road to Emmaus

Je suis reconnaissante du conseil offert par Elder Bednard, de la bénédiction de la prêtrise que j’ai reçue et de ma bénédiction patriarcale. Tous ces outils m’ont ouvert les yeux et m’ont permis de voir l’influence du Seigneur qui m’a guidée dans ma vie. Ils m’ont aussi permis d’accroître ma capacité d’entendre sa voix. Cette perspective inspirée m’aide à affronter mes difficultés actuelles avec une foi et une confiance accrues envers le Seigneur. Mon cœur est rempli d’admiration et de gratitude pour la bienveillante sollicitude du Seigneur à mon égard au cours de ma vie.

Comme ce fut le cas pour les disciples sur le chemin d’Emmaüs dont les « yeux étaient empêchés de le reconnaître » (Luc 24:16), le Seigneur était avec moi à chaque moment malgré mon incapacité initiale à discerner sa présence.